Marathon de Vannes 2009

20 Oct 2009 01:13
Jean-Loup Fenaux
Focus on a race

Le temps était avec nous cette année. Un soleil magnifique nous a honorés de sa présence tout au long de la course.
La température au départ était un peu fraîche, aux environs de 2°C, mais elle a rapidement grimpé jusqu’à atteindre une douzaine de degrés.

Marathon de Vannes Remparts

Le parcours est magnifique, alliant des passages au cœur de la ville et de longues digressions sur les sentiers côtiers. Il prend la forme d’un papillon, qu’il faut parcourir deux fois. Le départ se fait à côté des remparts où un feu d’artifice est tiré en notre honneur. S’il ne se voit pas beaucoup en plein jour et réussi à sortir de leur torpeur les quelques coureurs qui n’étaient pas encore bien réveillés à 10h du matin.

Marathon de Vannes Parcours

Quittant les remparts, nous descendons vers le port sous les acclamations de la foule. Nous bifurquons sur la gauche en direction d’Arcal. Au bout d’un peu plus d’un kilomètre, la route s’infléchit et nous fait gravir une vingtaine de mètres de hauteur. La montée n’est pas difficile, mais elle fera des dégâts lors du second tour. La route continue sur le plateau pendant 1,5 km avant de laisser place à un sentier boisé qui passe entre les champs. Très bon accueil, stand de crêpes ou de soupe au potiron. Retour sur la route avant de rejoindre le sentier côtier. Le village d’Arcal nous accueille au son des tambours et les supporters se sont habillés de toges à la manière des Grecs antiques. Ca redonne de l’énergie.

Le sentier côtier est très agréable. Il offre une vue magnifique sur la presqu’île de Séné ; Dommage que la marée soit basse. Le chemin est assez caillouteux et il faut être vigilant. Enfin la succession de petites montées et descentes oblige à relancer régulièrement.

Après une petite bosse qui nous fait passer par le Parc d’Innovation de Bretagne Sud, nous retrouvons le port de plaisance. Au bout du port sous la banderole, un musicien joue de la guitare et chante. Il sera encore là au second tour. Belle performance !
Pas le temps de s’y attarder, on repart vers le Sud, direction le Golf. Juste après le fête foraine, nous passons à côté du Maxi Catamaran Orange. On se sent particulièrement petit à côté.

De retour sur le sentier côtier et un parcours qui se rapproche plus du trail. Il faut à nouveau être vigilant. Nous bifurquons sur l’île/prequ’île de Conleau où les organisateurs s’amusent à nous faire passer sur une petite digue de quelques mètres de large. A marée haute, on aurait certainement eu l’impression de marcher sur l’eau. Nous quittons la presqu’île sous les chants bretons pour retrouver le sentier côtier pour quelques kilomètres. Ensuite, une bosse et un faux-plat nous amène au stade où aura lieu l’arrivée. C’est également là que se termine le premier relais du marathon Duo. Il y encore un tour à faire. Le tracé serpente dans les quartiers résidentiels avant de rejoindre la vielle ville et ses rues pavées. Puis retour sur les remparts et c’est reparti pour un tour.

Marathon de Vannes Sentier

Le parcours est bien plus piegeux que le profil le laisse entendre. Les successions de petites montées et descentes usent les coureurs au fil des kilomètres et la dernière bosse au 40ème kilomètre est bien difficile à négocier pour des coureurs fatigués comme moi.

Les organisateurs ont eu la bonne idée d’imprimer le nom des coureurs sur les dossards. Tout au long de la course, c’est très agréable de se faire encourager par son prénom. Un grand merci aux spectateurs qui étaient nombreux sur le bords du chemin.

Le manque d’entraînement m’a bien coupé les jambes à partir du 29ème kilomètre et j’ai finalement réalisé mon plus mauvais temps sur marathon en 4h20. Mais qu’importe, j’ai beaucoup apprécié la variété des paysages, le charme de la Ville de Vannes et la chaleur des spectateurs. Un grand merci aux organisateurs pour cette dixième édition.

Médaille Marathon de Vannes 2009